art thérapie & énergie

Le bien être du corps physique et mental

Adeline POTIER,
Art-Thérapeute Evolutive et Maître-praticienne REIKI,
exerçant dans le département du Nord, région des Hauts-de-France.

Accompagnement enfant

Accompagnement de J. (6 ans et demi)

A cet âge l'enfant est en phase émotionnelle, il construit son ego. Je n'analyse pas les dessins avec les enfants, j'observe, je suis attentive, j'écoute pour ensuite pouvoir orienter l'enfant et lui donner des pistes pour surmonter le problème pour lequel il est venu. Il peut y avoir un échange en amont de la séance avec le(s) parent(s). En fin de séance, un échangé privé peut être fait de nouveau avec le(s) parent(s) pour leur faire part de mes réflexions et les conseiller afin qu'il(s) poursuive(nt) le travail commencé, à la maison jusqu'à la séance suivante (si elle est nécessaire).

Dans le cas de J. je l'ai suivi 3 séances de suite.

Journée 1

J. est un petit garçon assez introverti. La première étape est de le mettre en confiance.
Nous échangeons ensemble sur ce qu'il veut dessiner. Je lui demande comment il se sent en ce moment. Le contexte actuel étant très difficile aussi pour les enfants.
Le jeune garçon me dit qu'il est triste de ne plus voir ses copains à l'école mais finalement, il change d'avis et me parle de ses parents qui se disputent et que ça le met lui aussi en colère.

Le premier dessin représente donc la maison familiale.
On y voit 2 personnages avec un contour noir très épais. Ils n'ont pas d'oreilles, il est possible que le manque de communication et d'écoute puissent déclencher les disputes dans le couple. Le personnage de droite a le visage très irrité. Son corps est d'ailleurs d'un rouge très dur. La colère est très présente ce qui peut aussi déclencher des disputes.
La communication difficile est d'ailleurs renforcé par les 3 nuages gris : le chiffre 3 implique la communication et le gris appuie sur la tristesse ressentie par rapport à la situation.

Le personnage de gauche est  habillé de lumière , son visage est plus détendu. C'est cela vers quoi doit tendre le couple pour rétablir une communication sereine. Il y a un besoin de douceur et d'écoute active dans la famille.

Le rouge et le jaune sont aussi symbole de l’ego et de l'âme. Ici, il y a une dualité entre les deux. Notre objectif à tous est de les unifier.

J. me confie qu'il a peur que ses parents se séparent. Sa maman lui en a parlé.

Accompagnement par le dessin

Il n'a pas eu envie tout de suite de déchirer, encore moins de brûler son dessin. Il avait besoin d'une pause et n'avait pas envie non plus de dessiner autre chose.
Il dessine les mains et les pieds des personnages lorsque je lui ait fais remarquer qu'ils étaient manquants.

Il avait besoin d'aller jusqu'au bout de ce dessin pour déposer une grande partie d'émotions qu'il conservait.
Il remarque désormais que les personnages sont en colère et pas très heureux. Il est finalement d'accord pour déchirer et brûler le dessin afin de lâcher toute cette tristesse, cette colère et cette peur enfouies.

Après un moment de jeu, je lui propose de dessiner quelque chose de plus positif ou de continuer à déposer ses émotions. Il choisit de dessiner les vacances en famille.

J. me dit spontanément :  j'oublie toujours les mains et les pieds ! 

Les mains permettent de toucher, de prendre, de donner. Les pieds, eux, permettent de se déplacer, d'aller vers un but. En oubliant de les dessiner, l'enfant montre qu'il se sent comme immobilisé par la situation qu'il vit en ce moment.

Le bateau ressemble à une fusée.
Les personnages ont à nouveau des couleurs vives. Le personnage le plus lumineux se fond dans le sable, il est moins visible que les autres. La qualité est là, bien présente, il faut la faire ressortir !
Un second personnage jaune est d'ailleurs installé sur le bateau, prêt à avancer vers un avenir lumineux. Il est beaucoup plus joyeux que les trois autres qui eux sont tournés vers le passé.

Le gris du bateau-fusée peut évoquer la matière grise et donc le mental qui est un frein au développement des qualités de l'enfant.

J. est en effet un enfant qui garde beaucoup de choses pour lui, notamment ses émotions et les questions qu'il se pose.
La fusée insinue l'idée qu'il préférerait être ailleurs que sur Terre. Pourquoi suis-je là ?  Cette question est tout à fait légitime, beaucoup d'enfants ou même d'adultes se la pose.
Les vagues ressemblent à des dents bleues. J. a une grande peur de ses émotions car il a du mal à les exprimer, à mettre des mots concrets dessus.  Avoir une peur bleue .
Lorsque je lui demandais si parfois il se sent triste, en colère, heureux..., sa réponse était  je ne sais pas .

Accompagnement par le dessin

J. a besoin de trouver un sens à sa vie terrestre, de trouver une réponse à sa question.
Je lui suggère de remplir ses personnages de chair pour qu'ils soient entièrement incarnés.

J. a envie de changer de médium. Il se tourne vers l'argile.
Le résultat final est une armure, un corset symbolisant son système de défense. Après un échange, il décide de la détruire avec beaucoup d'entrain et de joie.

Accompagnement par le dessin Accompagnement par le dessin Accompagnement par le dessin

Journée 2

Au fur et à mesure, J. était de plus en plus détendu, souriant et communicatif.

J. après hésitations dessine les vacances avec son oncle.

Les dents sont à nouveau visibles. L'émotionnel est toujours lourd pour ce petit garçon.

Les personnages sont cette fois en direction de l'avenir. Leurs cannes à pêche sont brandies en l'air comme une épée. Cette notion est renforcée par les avions qui ont eux aussi une forme d'épée. Il y a un combat que le jeune garçon mène avec ses émotions. Aussi, le combat est une mémoire pour tous les garçons et les hommes :  il faut te battre dans la vie ,  il faut être fort ,  jouer à la guerre ... L'égrégore de la guerre est très puissant et ancré dans l'inconscient collectif.

Il y a un cercle jaune intense et lumineux. J. a besoin de prendre conscience de sa valeur, de faire rayonner ses qualités, de laisser son  armure  de côté pour écouter son cœur et se dévoiler aux autres.

Accompagnement par le dessin

Nous avons un échange sur le cœur et l'importance d'écouter son cœur, cette  petite voix » qui sait ce qui est bien pour nous.

J. a envie de se dessiner. Il est très appliqué et chantonne. Le personnage qui apparaît a l'air heureux. Le contour jaune apporte de la lumière, cachée en partie par toutes les zones de couleurs bien séparées. J. me dit que  le corps, c'est le plus dur à colorier . Effectivement, la zone du visage a été faites en dernier, c'est la seule zone où la chair est vraiment présente. Les doigts des mains sont de différentes couleurs comme si le personnage portait des gants. Il est possible qu'il y ait une mémoire de jugement, de peur sur la chair. Dans notre Histoire, la chair a longtemps était un symbole du pêcher, nous en sommes encore imprégnés.

Enfin, le personnage me fait penser à Arlequin. Les différents  compartiments  de couleur pourraient faire référence aux émotions multiples que ressent J. mais qu'il a du mal à exprimer. Il est alors comme immobilisé par elles. Le jeune garçon affiche alors un sourire de façade. Cette approche est renforcée par le fait que le tronc du personnage est rouge et bleu : un émotionnel débordant et blessé.

J. est parti satisfait de son dessin.

Accompagnement par le dessin

Journée 3

Après un échange avec J. , je lui propose de faire le dessin de la silhouette, grandeur nature !

Accompagnement par le dessin

J. est motivé !
En dessinant, la tête et le cou sont désaxés. J. s'en rend compte et me dit : c'est comme si je portais ma tête, que je la montrais ! . Je lui propose de la découper et de la coller pour la remettre droite, ce qu'il fait.
Il s'y reprend à plusieurs fois pour dessiner le nez et la bouche. A la fin, il me dira que son nez ressemble à un nez de cochon. La croyance selon laquelle la chair, le corps sont impurs fait à nouveau son apparition.

Lorsque les informations reviennent plusieurs fois dans les dessins, cela signifie que les croyances, les mémoires sont prêtes à être lâchées pour laisser la place au positif.
Afin de l'aider dans ce processus, je lui ai demandé de prendre son temps, d'être doux pour appliquer la couleur chair sur le corps du personnage.
La bouche forme le symbole  sens interdit . L'enfant a un droit de parole limité ou alors il n'ose pas s'exprimer, par peur du jugement.
Le cou est ce qui fait le lien entre le cerveau et le cœur. Ici, il est très long, un conflit entre le mental et le cœur est présent ce qui peut expliquer la difficulté à exprimer ses émotions.

Accompagnement par le dessin Accompagnement par le dessin Accompagnement par le dessin

Conclusion

J. a fait un très beau travail. L'accueil et l'acceptation de ses émotions est un long travail. Ce jeune garçon est sur la bonne voie. J'espère que les quelques conseils donnés pour poursuivre ce travail lui seront utiles.

Je remercie du fond du coeur les parents et les enfants qui ont accepté que je publie leur travail. Merci de votre confiance.